Grandpuits : une plateforme zéro pétrole en 2025

Emplacement : France
Partenaires : TotalEnergies
Activités principales : production de biocarburants, recyclage de plastique
Autres activités : hydrogène renouvelable, biométhane, énergie solaire, stockage d'électricité
Mise en service : 2025

500
+ de
millions d’euros d’investissement
Carte France

La plateforme de Grandpuits se transforme pour devenir un site zéro pétrole, opérationnel à partir de 2025. La production de biocarburants et le recyclage des déchets plastiques sont au cœur de ce projet qui s’inscrit dans notre ambition de neutralité carbone à horizon 2050.

Le site de Grandpuits-Gargenville est composé de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne), mise en service en 1966, et du dépôt pétrolier de Gargenville (Yvelines). En septembre 2020, nous avons annoncé le projet de reconversion de la raffinerie en plateforme zéro pétrole. Ce projet, dont le coût total de mise en œuvre est estimé à plus de 500 millions d’euros, repose sur le développement de plusieurs activités d’avenir dans les domaines de la biomasse, des énergies renouvelables et de l’économie circulaire.

Une usine de biocarburants majoritairement destinés au secteur aérien

L’un des principaux axes de la reconversion de la plateforme est la transformation de la raffinerie de Grandpuits en bioraffinerie. D’une capacité de traitement de 400 000 tonnes/an, elle sera mise en service mi 2025 pour produire :

  • 210 000 tonnes/an de carburants aériens durables ou SAF (Sustainable Aviation Fuel), capacité étendue à 285 000 tonnes/an à partir de 2027 ;
  • 50 000 tonnes/an de biocarburants routiers ;
  • 70 000 tonnes/an de bionaphta.

La bioraffinerie traitera plus de 75 % des déchets et résidus. Un partenariat, annoncé en septembre 2022 avec SARIA, permet de sécuriser l’approvisionnement de l’unité en huiles de cuisson usagées et graisses animales, matières premières éligibles à la production de SAF. Première bioraffinerie conçue pour maximiser la production de carburant aérien durable, le site sera un contributeur important pour répondre aux ambitions Européennes et Françaises de décarbonation du trafic aérien.

Le site de Gargenville jouera un rôle crucial de dépôt et d’aiguillage du SAF en provenance de Grandpuits vers les aéroports de Paris et continuera d’assurer un service de transit de produits pétroliers et de stockage stratégique pour l’État français.

Par ailleurs, un partenariat conclu en novembre 2022 avec Air Liquide confirme le schéma de construction par Air Liquide d’une unité d’hydrogène renouvelable et bas carbone à Grandpuits dans une démarche innovante de développement durable et de circularité :

  • le biogaz résiduel issu de la bioraffinerie alimentera la nouvelle unité de production d’hydrogène (SMR) d’une capacité de plus de 20 000 tonnes par an
  • cette unité intègrera dès son démarrage un dispositif de captage de CO2 d’une capacité de plus de 110 000 tonnes par an, qui permettra de contribuer à la réduction de l’empreinte carbone de la plateforme et de réutiliser ce CO2 pour des applications agro-alimentaires et industrielles ;
  • l’hydrogène renouvelable et bas carbone ainsi produit sera principalement utilisé par la bioraffinerie pour la production de carburant aérien durable.

La bioraffinerie alimentera par ailleurs en déchets organiques la future unité de production de biométhane de Grandpuits. D’une capacité de 80 gigawattheures par an (soit l’équivalent de la consommation annuelle moyenne de 16 000 habitants), elle permettra d’éviter l’émission de près de 20 000 tonnes de CO2 chaque année.

Deux unités de recyclage des plastiques

Sur le site de Grandpuits, nous construisons la première usine française de recyclage chimique des plastiques avec notre partenaire Plastic Energy (TotalEnergies 60 %, Plastic Energy 40 %). Elle contribuera à l’atteinte de notre objectif de produire 30 % de polymères circulaires à horizon 2030.

Cette unité pourra transformer 15 000 tonnes/an de déchets plastiques via le procédé de pyrolyse, qui consiste à faire fondre les plastiques pour obtenir de l’huile de pyrolyse. Cette huile servira ensuite de matière première pour la fabrication de polymères présentant des qualités identiques à celles des polymères vierges, compatibles avec l’usage alimentaire, en substitution des charges d’origine fossile.

En mars 2023, la signature d’un accord commercial avec Paprec nous a permis de sécuriser l’approvisionnement en déchets plastiques (films et emballages flexibles) de la future usine. Nous participons ainsi à la structure de la filière française de tri avancé des déchets plastiques.

Le site comptera par ailleurs une unité de recyclage mécanique de plastiques, dont la mise en service est prévue pour 2026. Elle produira 30 000 tonnes par an de compounds à haute valeur ajouté contenant jusqu’à 50 % de matières plastiques recyclées. Cette nouvelle unité vise le marché des emballages à haute performance, notamment à destination de l’industrie pharmaceutique et cosmétique. Le projet comprend également un centre d’assistance technique à la clientèle et de développement produits. Il permettra d’assurer le support nécessaire au développement de la nouvelle gamme de compounds hybrides et à sa commercialisation.

Un dispositif de production et de stockage d’électricité

Deux centrales solaires photovoltaïques ont été construites sur la plateforme et produisent l'équivalent de la consommation électrique de 30 000 personnes :

  • à Grandpuits, une centrale d’une capacité de 28 mégawatts-crête (MWc) ;
  • à Gargenville, une centrale d’une capacité de 24 MWc.

En service depuis fin 2022, ces centrales contribuent à augmenter la part d’électricité renouvelable dans le mix énergétique français. Une unité de stockage d’électricité par batteries d’une capacité de 43 mégawatts (MW), démarrée en mars 2023, complète ce dispositif. L’installation permet de réguler le réseau national en lissant les pics de production et de consommation.

Les dates clés de la reconversion du site de Grandpuits-Gargenville