Avancement de la lecture dans la page : 0 %

TotalEnergies, pionniers depuis cent ans

TotalEnergies, pionniers depuis cent ans

Découvrez l'histoire de notre Compagnie en une sélection de dates clés et revivez cent ans d'esprit pionnier et d'adaptation constante aux enjeux énergétiques des XXe et XXIe siècle. Un voyage dans le temps et à travers le monde !

1924-1945

1924

C’est sur une initiative de l’État français que la Compagnie française des pétroles (CFP), société privée, est créée pour développer une politique nationale du pétrole. Outil au service de l’indépendance énergétique du pays, la CFP est fondée à l’initiative de Raymond Poincaré, président du Conseil, qui en rédige la lettre de mission à l’intention d’Ernest Mercier, polytechnicien et spécialiste du pétrole. Il sera le premier président de la Compagnie. Celle-ci acquiert 25 % de la Turkish Petroleum Company, part qui appartenait aux Allemands avant la Première Guerre mondiale. La CFP rejoint ainsi le cercle des compagnies pétrolières européennes, dont fait partie la Compagnie financière belge des pétroles créée en 1920 (future Petrofina). Le socle des compagnies qui formeront plus tard TotalEnergies est en partie constitué.

Ordre de mission de la CFP, adressé par le président du Conseil, Raymond Poicaré, à Ernest Mercier, 20 septembre 2023

1927

Le pétrole jaillit pour la première fois dans une zone désertique de Mésopotamie qui deviendra plus tard l’Irak. Les campagnes d’exploration et de forage de la Turkish Petroleum Company (qui deviendra l’Irak Petroleum en 1928), auxquelles ont participé sept géologues français de la Compagnie française des pétroles, ont permis d’identifier ce premier gisement à 450 mètres sous terre. À Baba Gurgur, près de Kirkouk, la pression est telle que le pétrole jaillit à plus de 15 mètres au-dessus du sol en ce 15 octobre 1927. Huit jours et 700 hommes seront nécessaires pour contrôler le flot. Cette découverte marque le début de l’aventure de TotalEnergies au Moyen-Orient.

Légende image : Derrick de forage, Baba Gurgur, Irak, 1927

1929

Les actions de la Compagnie française des pétroles (CFP) sont introduites à la Bourse de Paris, pour ouvrir davantage le capital aux investisseurs privés et permettre à la société de prendre plus d’ampleur. Confrontée à une concurrence féroce et à la nécessité d’investir massivement en Irak, la CFP prend aussi la décision la même année de s’assurer du soutien de l’État français en signant avec ce dernier une convention qui lui attribue 25 % du capital de la CFP. Avec cette introduction en Bourse, la Compagnie fait un premier pas sur les marchés financiers, qui sera complété en 1991 par l’introduction des titres de Total à la Bourse de New York, ce qui permettra le passage de la part des investisseurs internationaux de 20 à 40 %.

1933

La raffinerie de Gonfreville (Normandie) est mise en service par la Compagnie française de raffinage (CFR). Deux ans plus tard, ce sera le démarrage de la raffinerie de la Mède (Provence). Grandes unités modernes, elles rejoignent les 12 raffineries déjà en service sur le territoire français, mais exploitées par des sociétés étrangères. Pour permettre à la Compagnie française des pétroles de se déployer dans l’aval, la CFR a été créée en 1929. Elle agrège des expertises nouvelles, permet au Groupe de commercialiser le pétrole extrait au Moyen-Orient et d’alimenter le marché français. À la fin des années 50, les deux raffineries livrent 8 millions de tonnes de produits pétroliers par an, et imposent la CFR comme un géant industriel. La naissance d’une vocation qui marque un tournant pour TotalEnergies.

Visite d'Anatole de Monzie, ministre des Travaux publics, aux raffineries de pétrole de Gonfreville, France, 1939

1939

Le premier gisement d’hydrocarbures est découvert en France, à Saint-Marcet en Haute-Garonne. Sept milliards de mètres cubes de gaz sont localisés à 1 600 mètres de profondeur après de nombreux sondages réalisés dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques par le Centre de recherches de pétrole du Midi, fondé en 1936. L’exploitation du gisement commence en 1942. Il faut attendre la fin de la guerre pour atteindre une échelle industrielle et 1949 pour alimenter une grande partie du Sud-Ouest de la France. Cette découverte mène à la création d’une société chargée de poursuivre les prospections, la Régie autonome des pétroles (RAP). La première pierre du futur groupe Elf, qui entrera ensuite dans la composition de TotalEnergies, est posée.

Site de production de Saint-Marcet, centre de collecte RAP, France, 1940

1939-1945

La Seconde Guerre mondiale confirme le rôle stratégique du pétrole et bouleverse durablement l’ensemble de la filière et ses infrastructures. Dès 1939, la mobilisation des employés de la Compagnie française des pétroles (CFP) perturbe son fonctionnement. Les dégâts matériels sont considérables, avec la destruction de navires, de stocks et de raffineries. La CFP doit se replier à plusieurs reprises, rejoignant Vichy en juillet 1940. Après l’armistice, la CFP et la société belge Petrofina doivent lutter, parfois en vain, pour conserver le contrôle de leurs actifs et sauvegarder leurs intérêts. Face à la pénurie, des carburants de substitution sont produits, et la Société nationale des pétroles d’Aquitaine, deuxième pierre du futur groupe Elf, est créée en 1941 pour chercher des hydrocarbures dans le Sud-Ouest de la France.

Vue aérienne de la raffinerie de Dunkerque et ses réservoirs en feu, France, 1940

1946-1970

1951

Un gisement géant dont les réserves sont estimées à plus de 200 milliards de mètres cubes de gaz naturel est découvert par la Société nationale des pétroles d’Aquitaine (SNPA) à 3 450 mètres sous terre à Lacq, dans le Béarn. Il est en tous points hors normes : pression et température au fond très élevées, forte proportion de gaz carbonique et d’hydrogène sulfuré. Mais les réserves estimées sont telles que la SNPA décide de relever le défi avec l’aide précieuse de la sidérurgie française qui va développer des aciers spéciaux pour ce projet ! L’exploitation débute en 1957. Un réseau couvrant tout le territoire se déploie et c’est finalement l’ensemble de l’écosystème économique et énergétique français qui est impacté durablement par ce « Texas français », une vitrine technologique pour le futur groupe Elf.

Ouvrier chargeant du soufre solidifié, usine de Lacq, France, 1959

1954

La nouvelle marque Total et son logo sont créés par la Compagnie française des pétroles et la Compagnie française de raffinage, pour se déployer encore plus en aval de la chaine industrielle du pétrole en créant un réseau de distribution. Le nom est simple, facile à retenir et à prononcer, déclinable partout dans le monde et suggère la dimension intégrée du Groupe. Des distributeurs indépendants sont rachetés ou deviennent partenaires avant le développement d’un réseau en propre. En 1958, la belge Petrofina fait aussi évoluer sa marque Purfina créée en 1920 pour devenir Fina, plus internationale. Union de multiples marques (La Mure, Avia, Caltex, etc.) du groupe ERAP (fusion des RAP, SNPA et BRP), la marque Elf se déploie en 1967, lors de la célèbre « Nuit des ronds rouges ». Le socle de marques historiques de TotalEnergies est créé.

1956

De très importantes découvertes d’hydrocarbures sont faites dans le Sahara algérien : d’abord de pétrole à Edjeleh (premier gisement découvert en Algérie), à Hassi Messaoud (plus grand gisement de tout le continent africain avec 1 600 km2), puis de gaz à Hassi R’Mel (plus important gisement en Afrique et deuxième dans le monde avec 2 400 km2). Une nouvelle étape dans le développement de la filière, qui doit s’organiser pour exporter le gaz vers les zones de consommation. La première usine de liquéfaction du gaz naturel au monde est construite à Arzew où débouche le gaz d’Hassi R’mel. Une prouesse technologique et logistique, et les premiers pas de TotalEnergies (avec une participation à hauteur de 11 %) dans l’économie du gaz naturel liquéfié (GNL) qui n’a cessé de se développer par la suite.

Légende image : Réservoirs de stockage de la CFP-A d'Hassi Messaoud, Algérie, 1959

1958

Le premier gisement pétrolier marin est découvert à Umm Shaïf, au large d’Abu Dhabi. Premier à être exploité en offshore à partir de 1962, il doit sa découverte aux campagnes de reconnaissance sous-marine menées à bord de la Calypso, le navire du commandant Cousteau, mis depuis 1951 à la disposition des compagnies pétrolières pour financer ses équipements. La Compagnie française des pétroles et les ingénieurs français, très impliqués dès les études préparatoires, acquièrent de solides compétences en exploration et exploitation offshore, signant ainsi les débuts de l’activité pour la future TotalEnergies.

Légende image : Inauguration dans le palais du Cheikh Shakhbout de l'instalation de la plateforme ADMA sur le champ d'Umm Shaïf, en présence du Cheikh et de Victor de Metz, PDG de la CFP, Abu Dhabi, 1962

1962

D’importants gisements offshore sont découverts au Gabon, d’abord à Anguille, puis à Torpille, Grondin et Émeraude dans les années 1960, imposant le pays comme l’un des grands producteurs de pétrole du continent africain. Le futur groupe Elf, déjà présent dans les terres congolaises et gabonaises depuis les années 50, via les filiales locales du Bureau de recherche de pétrole, conforte ainsi sa présence dans tout le golfe de Guinée. Les forages d’Anguille nécessitent des matériels nouveaux et des techniques spécifiques, développant les compétences du futur groupe Elf en exploitation offshore.

Légende image : Plateforme auto-élévatrice Île-de-France, permis d'Anguille, Gabon, 1968

    1969

    La Compagnie française des pétroles acquiert 50 % des droits de la compagnie japonaise Japex dans deux permis détenus dans le delta de Mahakam en Indonésie, à l’est de l’île de Bornéo. Le Groupe devient ainsi opérateur des gisements et signe un des premiers contrats de partage de production avec les Indonésiens. D’importantes réserves de pétrole et de gaz sont découvertes à Handil et Bekapai au début des années 70, faisant de Total Indonésie le deuxième acteur pétrolier international du pays, longtemps bastion exclusif des compagnies américaines. La production de gaz de la filiale alimente massivement l’usine de liquéfaction de Bontang et le GNL indonésien occupe une place prépondérante dans l’industrie. Les positions de TotalEnergies dans cette zone clé pour son avenir sont assurées.

    Mise en production de l'unité de Bontang, Indonésie, 1977

    1970

    La Compagnie française des pétroles et l’Entreprise de recherches et d’activités pétrolières (ERAP) reprennent l’entreprise Antar (à 24 % et 41 % respectivement), alors en difficulté financière. Spécialiste des lubrifiants et des huiles moteur, elle exploite plusieurs raffineries en France et dispose de son propre réseau de 5 670 stations-service. Dans les années 1970, la restructuration du secteur public pétrolier s’intensifie : l’ERAP et la Société nationale des pétroles d’Aquitaine (SNPA) fusionnent en 1976 pour créer Elf Aquitaine, un nouveau champion national. Le nouveau groupe prend finalement le contrôle total d’Antar la même année, un tournant majeur pour son activité de distributeur, le rachat lui permettant de doubler le nombre de ses stations-service en France pour atteindre la taille critique des 10 000.

    1971-1997

    1971

    Au large de la Norvège, l’exploitation des gisements de pétrole (plus de 3 milliards de barils) et de gaz (180 milliards de mètres cubes) constituant le « Grand Ekofisk » commence. Un autre immense gisement de gaz – 200 milliards de mètres cubes – est aussi découvert à Frigg, puis un autre de gaz et de pétrole à Alwyn en 1975. Les sociétés qui constitueront la future TotalEnergies (la Compagnie française des pétroles, Petrofina et Elf-ERAP), tour à tour opératrices et partenaires sur ces gisements, travaillent ensemble en mer du Nord. Spécifique, risquée et coûteuse, l’exploitation est stratégique pour diversifier les sources d’hydrocarbures hors du Moyen-Orient, surtout après le choc pétrolier de 1973. Le gaz devient de plus en plus une alternative au pétrole et prend une importance croissante dans les activités de la future TotalEnergies.

    Transport du réservoir de stockage Ekofisk, mer du Nord, 1971

    1974

    La Compagnie française des pétroles prend le contrôle de la société Hutchinson, une très ancienne entreprise française fondée en 1853, leader mondial de la transformation du caoutchouc. La chimie fine ou de spécialité, devient en effet une diversification nécessaire pour les groupes pétroliers, en raison de l’augmentation des prix suite au choc pétrolier de 1973. Il faut attendre 1991 pour que Total lance une OPE en vue d’acquérir les 16,2 % du capital d’Hutchinson que le Groupe ne détient pas encore.

    Publicité pour les pneus Hutchinson, 1910

    1982

    La Compagnie française des pétroles (CFP) réalise un forage record en eaux profondes : à 1 714 mètres, à 100 km au large du delta du Rhône. Premier forage en eaux profondes jamais entrepris dans le secteur pétrolier, il est rendu possible grâce à la fabrication par Creusot-Loire d’un riser (conduite assurant la liaison entre le fond de la mer et la plateforme en surface) spécifique, conçu en collaboration avec Elf et l’Institut français du pétrole. Cette opération en Méditerranée s’inscrit dans l’exploration de nouveaux gisements en dehors du Moyen-Orient, une priorité stratégique depuis le choc pétrolier de 1973. Les techniques utilisées pour rendre ce record possible représentent un premier jalon vers des forages deep offshore, spécialité dont TotalEnergies deviendra un acteur majeur dès la fin des années 90.

    Bateau de forage Discoverer Seven Seas, 1986

    1989

    Elf et Total lancent les carburants sans plomb, Optane et Total Premier, pour répondre aux nouvelles normes environnementales en vigueur dans les activités de raffinage. L’outil industriel évolue également pour s’adapter à la production de diesel, de plus en plus utilisé dans le parc automobile. De telles innovations sont possibles grâce à la part importante accordée à la recherche par TotalEnergies et les sociétés qui l’ont composée. La Compagnie française des pétroles avait en effet ouvert son premier laboratoire de recherche à Paris, dans le quartier des Buttes-Chaumont, dès 1931 et créé par la suite des sociétés dédiées avec d’autres acteurs industriels (traitement des combustibles pour la fabrication d’essences synthétiques, production des bitumes, etc.). La Compagnie française de raffinage s’était quant à elle dotée dès les années 1950 d’un centre de recherche à Gonfreville.

    Affiche OPTANE, Elf, Le super sans polmb, 1990

    1996

    Elf Aquitaine découvre en Angola l’un des plus grands gisements de pétrole offshore au monde, à plus de 1 300 mètres de fond sur le bloc 17, zone d’une superficie de 4 000 km2 à quelque 150 km des côtes angolaises. Girassol représente une nouvelle étape décisive pour le développement du deep offshore. Des innovations techniques majeures sont mises en œuvre, comme le système FPSO (unité flottante de production, de stockage et de déchargement), un bateau entièrement autonome qui combine les fonctions de production/stockage et de chargement en mer sur un pétrolier. L’aventure incroyable du bloc 17 se poursuit avec d’autres gisements, souvent géants, découverts et exploités dans les années 2000/2010 (Dalia, Rosa, Pazflor, Clov). La Compagnie acquiert une incontestable avance technologique.

    Installations de Girassol, Angola, 1999

    1998-2004

    2000

    Après Petrofina en 1999, Total acquiert Elf Aquitaine : le groupe TotalFinaElf est créé. La première fusion permet au groupe TotalFina d’atteindre une taille équivalente à Elf Aquitaine ; la seconde donne naissance à un champion tricolore de taille à concurrencer les puissances pétrolières anglo-saxonnes dans un contexte de recomposition du secteur pétrolier à l’échelle mondiale. Avec plus de 132 000 salariés, un chiffre d’affaires de 114 milliards d’euros et une production de 2,1 millions de barils par jour, TotalFinaElf devient le quatrième producteur mondial d’hydrocarbures. Avec 17 500 stations-service dans le monde et une capacité de raffinage de 2,6 millions de barils par jour, il est aussi numéro un européen dans l’aval. Il est enfin le numéro 5 mondial de la chimie. En 2003, TotalFinaElf devient Total, marquant ainsi la fin du processus de fusion.

    Thierry Desmarest, PDG de TotalFina, à l'assemblée générale de TotalFinaElf, France, 2000

    2004

    La société Arkema est créée par Total, à l’issue d’une phase de restructuration de son activité chimie visant à se recentrer sur la pétrochimie. Arkema regroupe les activités intermédiaires et polymères de performance et de chlorochimie. En 2006, elle sera introduite en Bourse à l’occasion d’un spin-off. En parallèle, le Groupe renforce son activité de pétrochimie (polystyrène, polypropylène…), très intégrée au raffinage et regroupée au sein de Total Petrochemicals : les capacités de production des sites sont augmentées, une entreprise est co-créée en Asie, un marché très porteur, avec le coréen Samsung General Chemicals. La chimie de spécialités plus aval est réorganisée au profit de structures décentralisées : Bostik (adhésifs), Hutchinson (caoutchouc), Atotech (métallisation), Cray Valley (résines). Les activités peinture, brome et dérivés sont cédées.

    2005-2024

    2011

    Total acquiert l’équipementier Sunpower, numéro deux américain des panneaux solaires, à hauteur de 60 %. La société est aussi intégrée en aval sur le développement, la construction et l’opération de grandes fermes solaires. Ce rachat s’inscrit dans une série d’investissements dans l’énergie et les technologies solaires, initiée avec la création de la société de fabrication de panneaux solaires Total Energie dès 1983. La Compagnie prend également des participations dans des start-up spécialisées dans la valorisation de la biomasse ou le développement des bioplastiques. Avec cette stratégie, la Compagnie souhaite se diversifier vers de nouvelles ressources. Mais le véritable tournant se produira à partir de 2015 avec la volonté de proposer un nouveau mix énergétique dont l’intensité carbone baisse régulièrement.

    Nettoyage des panneaux solaires sur la centrale solaire de Nanao, Japon, 2017

    2013

    Jubail, en Arabie saoudite, devient la 6e plateforme intégrée de Total, avec celles de Normandie en France, de Port Arthur aux États-Unis, de Daesan en Corée du Sud, de Ras Laffan au Qatar et d’Anvers en Belgique. Les sites, implantés sur des marchés stratégiques, regroupent les activités de raffinage et de pétrochimie pour répondre à une logique industrielle (liens évidents entre les deux activités), mais aussi à des enjeux de performance et de rentabilité : optimisation des flux sur les marchés matures (Europe), développement d’offres intégrées sur les marchés en croissance (Moyen-Orient et Asie), économies d’échelle, développement des synergies. Une stratégie indispensable pour rester compétitif et s’adapter aux évolutions majeures du marché mondial.

    Raffinerie de Jubail, Arabie Saoudite, 2013

    2016

    Total acquiert Saft Groupe, leader mondial de la conception et production de batteries de haute technologie pour l’industrie. Avec cette opération, la Compagnie intègre dans son portefeuille d’activités des solutions de stockage de l’électricité, complément indispensable à l’essor des énergies renouvelables. La même année, une nouvelle branche Gas, Renewables & Power est créée, destinée à porter l’ambition de la Compagnie dans l’électricité, notamment via le développement de l’aval gaz et des énergies renouvelables. Le cap est clair, l’électricité sera l’énergie du 21e siècle et la Compagnie se donne les moyens de suivre cette ambition : d’autres acquisitions lui permettront d’accélérer son développement dans cette énergie d’avenir.

    Batteries Saft sur le site de Bordeaux, France, 2022

    2017

    Total prend une participation de 23 % dans Eren Renewable Energy, une société française spécialisée dans le solaire, l’éolien et l’hydraulique qui détient une capacité installée de 650 mégawatts un peu partout dans le monde. Cette acquisition permet à la Compagnie d’accélérer son développement dans les renouvelables et de faire son entrée dans l’éolien. Rebaptisée Total Eren, elle devient à 100 % une filiale de Total en 2023 avec 3,5 GW d’actifs en opération dans le monde et 10 GW en portefeuille.

    Patrick Pouyanné, entouré de Pâris Mouratoglou (à droite), président de Eren Renewable Energy, et David Corchia, directeur général, lors de l'entrée de Total au capital de Eren Renewable Energy, France, 2017

    2018

    Total acquiert Direct Energie, le troisième fournisseur de gaz et d’électricité verte en France, renforçant ainsi sa légitimité dans la production d’énergies renouvelables et la vente aux particuliers. Direct Energie produit de l’électricité à partir de centrales électriques et de parcs éoliens et solaires regroupés au sein de sa filiale Quadran. La Compagnie rivalise ainsi avec les opérateurs historiques en proposant à un tarif avantageux des offres alternatives construites principalement à partir d’énergies renouvelables. Une stratégie initiée en 2016 avec l’acquisition de la société belge Lampiris, troisième fournisseur de gaz et d’électricité du pays, dont l’électricité est à 100 % d’origine renouvelable (hydraulique, éolien, solaire). En 2017, la Compagnie avait aussi lancé une offre de gaz et d’électricité renouvelable sous sa propre marque en France : Total Spring.

    Légende image : Direct Energie, 2018

    2018

    Total rachète les actifs amont GNL (gaz naturel liquéfié) d’ENGIE, comprenant des contrats d’achat à long terme, des capacités de regazéification en Europe, une flotte de méthaniers ainsi qu’une participation de 16,6 % dans l’usine de liquéfaction de Cameron LNG aux États-Unis. La Compagnie entend en effet se renforcer sur l’ensemble de la chaîne du GNL, énergie de transition. Déjà très active sur ce marché, elle devient numéro deux mondial avec cette opération. Avec l’entrée dans le projet de Cameron LNG, elle devient un acteur intégré sur le marché américain, puisqu’elle y produit déjà du gaz, et acquiert une position de premier plan dans la production et l’exportation de GNL américain.

    Légende image : Opérateurs sur le terminal de liquéfaction Cameron GNL en Louisiane, États-Unis, 2018

    2018

    Total devient le deuxième opérateur en mer du Nord en acquérant la société danoise d’exploration-production Maersk Oil. Plus importante opération de croissance externe depuis l’acquisition d’Elf Aquitaine en 2000, elle permet à la Compagnie de devenir le deuxième opérateur le plus important en mer du Nord en renforçant sa position de leader au Royaume-Uni et en Norvège, et en étendant ses activités au Danemark. Cette acquisition intervient dans un contexte de baisse du prix du baril : la priorité est donnée aux projets à bas coûts techniques, les actifs les moins performants sont cédés et pour les projets existants, la Compagnie accentue sa démarche d’excellence opérationnelle, notamment dans l’offshore profond (design simplifié, temps de forage réduits, utilisation d’installations existantes, etc.).

    Légende image : Employé de Maersk Oil en mer du Nord, Danemark, 2013 

      2020

      Total annonce son intention d’atteindre, ensemble avec la société, la neutralité carbone à l’horizon 2050 pour l’ensemble de ses activités mondiales, depuis sa production jusqu’à l’utilisation des produits énergétiques par les clients. Cette ambition se traduit par une accélération des investissements dans l’électricité renouvelable et les molécules décarbonées : au Qatar (construction de sa première centrale solaire) ; en Espagne et aux États-Unis (projets solaires, notamment avec le coréen Hanwha) ; en mer du Nord (la Compagnie devient l’actionnaire majoritaire du projet offshore géant Seagreen 1, destiné à alimenter en énergie renouvelable les deux tiers des foyers écossais) ; ou encore en France (la raffinerie de Grandpuits est reconvertie en une plateforme « zéro pétrole » spécialisée dans la production de biocarburants et de bioplastiques).

      Vers la neutralité carbone, septembre 2020 - Total

      Couverture du rapport Climat "Vers la neutralité carbone", 2020

      2021

      Total devient TotalEnergies ! Une nouvelle identité qui incarne la transformation de l’entreprise en une compagnie multi-énergies (pétrole, gaz, électricité, hydrogène, biomasse, éolien, solaire) et son ambition de devenir un acteur majeur de la transition énergétique. Un modèle et une stratégie qui se concrétisent au début des années 2020 par de multiples accords multi-énergies et des développements sur l’ensemble de la chaîne des énergies renouvelables : projets de récupération du gaz brûlé sur les champs pétroliers afin d’alimenter en gaz des centrales électriques, développement de centrales et projets solaires photovoltaïques en Irak et en Lybie ; acquisition de Fonroche Biogaz en France, leader français du gaz renouvelable ; projet d’hydrogène vert au cœur de la bioraffinerie de La Mède près de Marseille… Les nouveaux projets intègrent pleinement les ambitions de la Compagnie en matière de développement durable, avec une attention particulière à la réduction de leurs empreintes environnementales et de leurs émissions.

      Légende image : Rebranding d’une station-service TotalEnergies à Ferch, Allemagne, 2021

        Et l’histoire continue !