Bloc 17 : un levier de croissance pour l'Angola

02/11/2015

Centre de formation de Moro Bento. Projet CLOV, Luanda, Angola
Partout où nous opérons dans le monde, nous nous attachons à innover et repousser sans cesse les frontières technologiques de ressources pétrolières et gazières de plus en plus complexes à identifier et produire. L’Angola, où notre aventure en offshore profond en Afrique de l’Ouest a débuté sur le Bloc 17, ne fait pas exception.

Le Bloc 17, un « Bloc en or »

700 000
barils par jour extraits sur le bloc 17, soit un tiers de la production angolaise

Situé à près de 1 300 m sous le niveau de la mer au large des côtes angolaises, le Bloc 17 a été investi par Total en 1997. Rebaptisé « Golden Block » en raison de la très grande richesse de ses champs, il est composé de quatre pôles majeurs, Girassol, Dalia, Pazflor et CLOV (Cravo, Lirio, Orquidea et Violeta), progressivement entrés en production entre 2001 et 2014. Ce rythme de développement très soutenu a fait de l’Angola la vitrine de notre excellence opérationnelle en offshore profond et a permis au Groupe de devenir le premier opérateur dans le pays.

Le pari d’un développement partagé

Opérateurs à 40 % du Bloc 17, nous nous sommes engagés dès le départ, dans le cadre de notre accord avec la compagnie nationale Sonangol, en faveur de la création d’emplois, de l’achat local, de la formation des techniciens et du partage de technologies. Le pari d’un développement partagé, avec un objectif : contribuer à la croissance du pays et stimuler le tissu économique de la région.

Une montée en compétence des équipes locales

Formation d'élèves soudeurs sur le chantier naval

Former et recruter

Dès les premiers projets en offshore profond angolais, nous avons participé au développement des infrastructures et des compétences dans le pays. Chaque année, le Groupe investit ainsi 17 millions de dollars dans la formation dans le pays. Grâce à cette politique active de renforcement des savoir-faire, doublée d’une volonté de recruter un maximum localement, de plus en plus d’Angolais intègrent les équipes des projets. Nous poursuivons nos efforts en nous fixant un nouveau défi : atteindre 80 % de collaborateurs angolais dans notre filiale en 2017, contre 74 % en 2014.

Favoriser le travail local
Plus de 3 millions sur Pazflor, plus de 10 millions sur CLOV, près de 14 millions prévues sur Kaombo : au fil des projets, le nombre d’heures de travail effectuées sur place par des entreprises angolaises ne cesse d’augmenter. L’implication croissante des entrepreneurs locaux, y compris dans la prise de décisions, est aussi l’une de nos priorités.

Transférer connaissances et compétences
La succession, depuis 15 ans, de grands développements en offshore profond dans le Golfe de Guinée a contribué à forger une véritable expérience locale. Cette dynamique permet aujourd’hui aux chantiers angolais de fabriquer et d’intégrer sur place des éléments de plus en plus complexes. Pour la première fois, un module de 2 300 tonnes du FPSO de CLOV a été construit localement et intégré sur place.

Nos projets en Exploration-Production

Des aventures humaines hors du commun